MENU

Assessment of weeds of cassava and farmers management practices in Nigeria

La concurrence des mauvaises herbes est un obstacle à la rentabilité de la production du manioc. La connaissance des espèces de mauvaises herbes qui affectent négativement la productivité du manioc est essentielle pour une gestion efficace. Une étude a été conduite entre mai et juin 2014 et 2015 pour évaluer les mauvaises herbes dans 200 exploitations agricoles de manioc, dans trois zones agroécologiques au Nigeria. L’Analyse des Correspondances Détendancées (ACD) a permis d’identifier quatre groupes distincts illustrant la variation des espèces de mauvaises herbes parmi les zones agroécologiques. Le pH du sol et la teneur en limon, la durée des jachères, la méthode de culture et la méthode de gestion des mauvaises herbes ont contribué à la variation de la composition des espèces. L’évaluation par les agriculteurs et sur le terrain ont identifié Euphorbia heterophylla, Imperata cylindrica, Aspilia africana, Panicum maximum, Chromolaena odorata, Commelina benghalensis, Digitaria horizontalis, et Rottboellia cochinchinensis comme principales mauvaises herbes du manioc. La gestion de ces mauvaises herbes par les paysans varie à travers les zones, suggérant ainsi que les stratégies de gestion de ces mauvaises herbes devraient être axées sur les zones écologiques. Dans la zone forestière humide, le désherbage à la houe (51,2%) et à la machette (43,0%) étaient les principales méthodes de contrôle. L’utilisation d’herbicides était élevée dans le sud de la savane guinéenne et modérée dans la savane dérivée. L’éducation afin d’accroitre la connaissance des agriculteurs sur la problématique des mauvaises herbes et l’amélioration de leur choix à la fois sur les herbicides appropriés et leur utilisation sans risque est essentielle pour une gestion efficace des mauvaises herbes dans la culture du manioc.

Competition from weeds is an obstacle to profitable cassava production. Knowledge of weed species negatively affecting productivity is essential for effective management. A field evaluation of weeds and management practices was conducted between May and June in 2014 and 2015 in 200 cassava farms in three agroecologies in Nigeria. Detrended Correspondence Analysis identified four distinct clusters depicting variation in weed species composition among the agroecologies. Soil pH and silt content, fallow length, cultivation method, and weed management method contributed to the variation in species composition. Farmers and field evaluations identified Euphorbia heterophylla, Imperata cylindrica, Aspilia africana, Panicum maximum, Chromolaena odorata, Commelina benghalensis, Digitaria horizontalis, and Rottboellia cochinchinensis as major problem weeds in cassava. Farmers’ management of these weeds varied across zones, suggesting that weed management strategies in cassava should be focused on ecological zones. In the Humid forest, hoe-weeding (51.2%) and slashing (43.0%) with machetes were the predominant methods of control. Herbicide use was high in the Southern Guinea Savanna and medium to high in the Derived Savanna (26.3-42.2%). Education to increase farmers’ knowledge of the problematic of weeds and to improve both their choice of appropriate herbicides and their safe use is critical to effective and efficient weed management in cassava.